Assassinat du Camarade Kishenji : le fiel réactionnaire des cybers-"maoïstes"

    Partagez
    avatar
    Pedro
    Pionnier
    Pionnier

    Messages : 246
    Date d'inscription : 18/06/2011

    Assassinat du Camarade Kishenji : le fiel réactionnaire des cybers-"maoïstes"

    Message par Pedro le Ven 9 Déc - 16:57


    Assassinat du Camarade Kishenji :
    le fiel réactionnaire des cybers-"maoïstes"


    Il y a eu plusieurs déclarations en hommage au Camarade Koteshwar
    Rao dit Kishenji, dirigeant du Parti Communiste d’Inde (maoïste)
    assassiné par la réaction. Outre la déclaration de notre Parti,
    nous avons signé une déclaration commune avec plusieurs partis et
    organisations. Le « PCMLM » [France] et le Parti Prolétarien du Bengale
    Oriental (Groupe d’Unité maoïste) [Bengladesh] ont
    également publié une déclaration commune.

    Mais sous prétexte que deux phrases de la déclaration conjointe de
    différents partis et organisations reprendrait deux phrases de leur
    déclaration, le « PCMLM » se lance dans une attaque en
    règle contre les signataires de la déclaration commune dans
    l’article sur leur site internet/journal : « Les révisionnistes : une tradition de la copie et des faux ».


    Si ces deux phrases sont correctes, quel est le problème ? D’autant
    qu’il s’agit de phrases des plus générales, que l’on retrouve sous
    d’autres formes dans d’autres déclarations. En revanche, ils
    n’ont rien à redire sur le reste de la déclaration, qui est elle
    aussi correcte.

    Il n’en est pas de même de la leur, qui se permet dans une
    déclaration rendant hommage à un dirigeant du PCI(m) de donner des
    leçons à ce dernier. Qu’on en juge !

    « Nous espérons que le Parti Communiste d’Inde (Maoïste)
    comprend son importance internationale. La réaction internationale veut
    écraser la Guerre Populaire indienne, à tout prix. Nous
    espérons que le Parti Communiste d’Inde (Maoïste) comprend bien la
    dimension de la lutte. »


    Maintenant nos « donneurs de leçons » qui, en ce qui concerne le «
    PCMLM », n’est jamais sur le terrain dans la pratique en France mais
    très présent sur Internet, déclarent sans vergogne :

    « De la même manière, le Parti Communiste d’Inde (Maoïste) ne
    peut plus rester silencieux au sujet de ce qui concerne le Mouvement
    Communiste International, et doit assumer ses tâches, par
    exemple en ce qui concerne l’échec népalais… et également au sujet
    de questions aussi importantes que la contradiction entre villes et
    campagnes, l’écologie, la défense de notre planète contre
    l’avidité des entreprises multinationales. »


    C’est un peu fort de café, quand on sait que le PCI(M) se bat à côté
    des paysans contre les multinationales qui veulent s’emparer des terres
    des adivasis et qu’ils font en sorte de mettre
    l’accent sur un développement permettant de vivre sur place
    (irrigation, fermes piscicoles, écoles, centres de santé, etc.) pour
    éviter l’exode rural. Si cela n’est pas lutter contre les
    multinationales, si ce n’est pas lutter contre la destruction des
    forêts, contre la pollution, contre la désertification engendrées par
    l’installation de mines, de sites d’exploitations, contre
    la ruine des paysans, dont des milliers désespérés se sont suicidés,
    et de celles et ceux qui vivent des produits de la forêt, si cela n’est
    pas lutter contre l’exode massif vers les villes dans
    les bidonvilles, alors quoi ? Singur, Nandigram, Lalgarh, les
    gouvernements populaires –même embryonnaires- etc. sont les preuves
    vivantes de la position des camarades indiens, que les camarades
    luttent contre ces maux.

    D’autre part, au niveau international, rappelons que le PCI(maoïste)
    a signé la déclaration commune du 1er Mai 2011 et qu’il soutient les
    activités du Comité International de Soutien à la Guerre
    Populaire en Inde qui a une existence réelle, une pratique de masse.

    Quant à l’échec népalais, le PCI(M) a été le premier à mettre en
    garde contre le risque de dérive du PCN(M), sans pour autant jeté le
    bébé avec l’eau du bain mais en suivant avec attention le
    processus de lutte des deux ligne dans le Parti, tout en
    encourageant la ligne de gauche qui tâtonne, il est vrai, mais cherche à
    réorganiser le Parti et l’ensemble du mouvement. Les dogmatiques
    du « PCMLM », eux n’ont jamais rien prouvé dans la pratique et
    délirent sur le plan économique et théorique (nous y reviendrons).

    Le «PCMLM », qui se réclame du maoïsme, n’a rien compris à la guerre
    populaire dans un pays comme l’Inde. Les intellectuels progressistes
    indiens qui ne sont pas maoïstes, eux, ont bien compris
    que les conditions objectives sont là et que les maoïstes ont su
    utiliser ces conditions objectives pour faire avancer par leur pratique
    les conditions subjectives au sein des masses, dans la
    guerre populaire qui s’étend en partant de la campagne vers la ville
    dans un pays aux structures en partie semi-féodales. Le maoïsme pénètre
    peu à peu l’esprit des masses dans les villes, et cela
    va se développer avec l’accentuation de la crise. Les faits montrent
    que l’extension et l’avancée de la guerre populaire à la campagne a de
    plus en plus une répercussion dans tout le pays, peu à
    peu.

    En cliquant sur les liens vous trouverez :

    1. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    2. La déclaration
    commune des partis et organisations « Le mouvement va se poursuivre, la révolution va continuer »

    3. L’article du « PCMLM » : « Les révisionnistes : une
    tradition de la copie et des faux »


    PC maoïste de France

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

      La date/heure actuelle est Mar 12 Déc - 10:04