Evénement en Syrie

    Partagez
    avatar
    WALDEC
    Nouveau
    Nouveau

    Messages : 16
    Date d'inscription : 23/06/2011

    Evénement en Syrie

    Message par WALDEC le Jeu 23 Juin - 2:49

    Article de l'humanité.

    Bachar Al Assad promet un dialogue mais l’armée réprime
    Le président syrien, dans un discours prononcé à Damas, a fait un distinguo entre ceux qui ont pris les armes et
la majorité des manifestants. Aussitôt des rassemblements hostiles au régime ont eu lieu dans plusieurs villes du pays. Frontière libano-syrienne,envoyé spécial.

    C’est son troisième discours depuis le déclenchement des protestations en Syrie. Hier, le président syrien, Bachar Al Assad s’est voulu combatif, déterminé et rassurant (il a appelé les réfugiés ayant fui en Turquie à rentrer chez eux), beaucoup moins manichéen que le laisseraient entendre les extraits subtilement et politiquement choisis par les agences de presse et les grandes chaînes de télévision occidentales. S’il a fustigé les « saboteurs », ceux « qui ont porté les armes », avec lesquels il n’y a pas de « solution politique », il a pris soin de faire un distinguo parmi les protestataires. « Il faut faire la distinction entre eux (les manifestants et les autres qui ont des demandes légitimes) et les saboteurs. Les saboteurs forment un petit groupe qui tente d’exploiter la majorité sage du peuple syrien pour mettre en œuvre leurs nombreux desseins », a-t-il expliqué dans l’auditorium de l’université de Damas, devant un public tout acquis à sa cause.

    Une minorité composée de « hors-la-loi »

    Il a même parlé d’une « majorité » parmi les manifestants qui sont descendus dans la rue pour des raisons sociales et économiques – il a d’ailleurs évoqué le danger de la faiblesse ou de l’effondrement de l’économie syrienne –, par opposition à une minorité composée de « hors-la-loi » et de salafistes. « Ce sont (des personnes) qui se caractérisent par leurs pensées fondamentalistes (…). Ils sèment la destruction sous le prétexte des réformes et répandent le chaos sous le prétexte de la liberté », a dit le président syrien. Dans ces conditions, l’armée restera dans les rues. Le temps du retour dans les casernes n’est pas encore arrivé !

    Cela établi, et alors qu’il se refuse à parler de « complot de l’extérieur », il lui fallait faire un geste politique fort. « Certains pensent qu’il y a des atermoiements en ce qui concerne les réformes, qu’il n’y a pas de sérieux. Ce n’est pas vrai, le processus de réformes est une conviction totale dans l’intérêt de la patrie et aucune personne raisonnable ne peut aller à l’encontre de la volonté du peuple », a-t-il estimé, en expliquant que les réformes envisagées ne pouvaient être décidées dans la précipitation, proposant d’attendre l’élection d’un nouveau Parlement en août pour leur examen. Il a appelé à un « dialogue national » qui pourrait aboutir à une nouvelle Constitution. « On peut dire que le dialogue national est le slogan de la prochaine étape », a-t-il lancé. Un dialogue dont l’ouverture dépend cependant « de la rédaction de la législation relative aux partis politiques et celle de la loi électorale – la législation la plus importante en matière de réforme politique », le dialogue portant alors sur l’ensemble de ces lois.

    L’avenir de la syrie dépend de ce dialogue

    « Ce dialogue est une initiative très importante à laquelle nous devons accorder une chance, car tout l’avenir de la Syrie, si nous voulons qu’il soit radieux, doit dépendre de ce dialogue auquel participeront tous les acteurs de la scène syrienne. » Ce dialogue national pourrait aboutir à des amendements à la Constitution ou à une nouvelle Constitution. « Cette Constitution a quarante ans, peut-être faudrait-il changer toute la Constitution mais certains proposent l’amendement de certains articles, puis une révision complète (…) qui a besoin d’un référendum », a-t-il souligné, citant même le fameux article 8 qui consacre depuis quarante-huit ans l’hégémonie du parti Baas.

    Nouvelle fosse commune

    Les autorités ont montré, lundi, à des diplomates accrédités 
en Syrie et à des journalistes une nouvelle fosse commune avec au moins huit cadavres, près de Jisr al-Choughour, une ville du nord-ouest du pays qui a été secouée par des violences au début du mois. Huit dépouilles ont été retirées d’un terrain vague utilisé comme dépotoir. Il s’agit de la troisième découverte de ce type. 
Il s’agirait des corps de policiers tués par des groupes armés.

    Pierre Barbancey
    avatar
    pottier
    Pionnier
    Pionnier

    Messages : 135
    Date d'inscription : 28/06/2011

    Re: Evénement en Syrie

    Message par pottier le Mar 28 Juin - 11:29

    Voici ce qu'en pense le PCS.
    J'apprécie son caractère équilibré.

    Spoiler:

    Le Parti communiste syrien soutient les revendications légitimes du peuple syrien pour une démocratisation du pays mais refuse toute ingérence et instrumentalisation étrangères

    Traduction AC pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Chers camarades des partis communistes et ouvriers du monde entier,

    Des événements terribles continuent de se dérouler en Syrie depuis près de deux mois, à partir de l'émergence d'un mouvement de protestation soulevant de légitimes revendications locales et générales parmi la population du gouvernorat de Daraa. Ce mouvement a fait la lumière sur la présence de problèmes majeurs dans la vie politique Syrienne : le maintien de l'état d'urgence, l'absence de lois régissant l'activité politique, et ainsi de suite. En outre, il a attiré l'attention sur la colère populaire à propos de la dégradation des conditions ainsi que du niveau de vie des Syriens à la suite du virage de la Syrie vers une économie de marché – la diminution des aides d'Etat pour les pauvres, l'érosion des subventions pour les produits de première nécessité et la production agricole, et l'ouverture au libre-échange qui ne s'est pas accompagnée d'une modernisation de l'industrie Syrienne – qui a abouti à une hausse du taux de chômage, en particulier chez les jeunes. Cela a également mené à l'adoption de trois décrets : la fin de l'état d'urgence, la dissolution de la Haute cour de sûreté de l’État, et la légalisation des manifestations pacifiques. Des commissions spéciales ont également été mises sur pied et chargées de rédiger des lois entre autres sur les élections, les partis, les médias. D'autres lois traitant des questions économiques et sociales sont également en cours d'élaboration.

    Néanmoins, les manifestations se sont répandues à d'autres villes, en raison de la réaction sécuritaire disproportionnée des autorités dans leur façon de traiter les manifestants dans les rues, ce qui a causé un certain nombre de victimes. A peine ce mouvement avait-il vu le jour qu'une formidable campagne médiatique de masse avait été lancée par plusieurs chaînes satellite Arabes et étrangères, profitant des dernières technologies. Cette campagne a eu recours à la falsification, à l'exagération et à l'incitation. A noter dans cette campagne, l'intérêt Américain, prétendant faussement avoir de la sympathie pour les citoyens Syriens, comme si nous étions supposés oublier la mort, la destruction, et les conflits ethniques et communautaires provoqués par les administrations américaines successives dans diverses régions du monde, en particulier en Irak.

    La Syrie a joué un rôle clé en déjouant les plans des États-Unis au Proche-orient visant à redessiner la région dans les intérêts des peuples Arabes, à porter un coup à la résistance Palestinienne, et à servir l'expansionnisme d’Israël, violant le droit du peuple Palestinien au retour, son droit à l'auto-détermination, son droit à un État palestinien ayant Jérusalem-Est comme capitale, et le droit de la Syrie à récupérer les territoires Syriens occupés. Voilà pourquoi notre parti soutient la fermeté de la Syrie contre de tels projets, et voilà pourquoi la position nationale de la Syrie a bénéficié du soutien des peuples Arabes, du mouvement communiste international et des mouvements de libération nationale dans le monde.

    Comme nous le savons tous, la politique nationale de la Syrie a été plus forte que les intrigues étrangères, aussi imposantes puissent-elles être. Mais nous avons toujours mis en garde contre le fait qu'un complot pouvait naître de l'intérieur, et nous avons insisté sur le fait que la politique étrangère de résistance de la Syrie devait s'accompagner de sa contre-partie sur le plan de sa politique intérieure, et que le négliger serait ouvrir la voie aux grandes puissances résolues à la domination du monde qui manipuleraient la situation intérieure du pays en s'y immisçant, tentant de faire dérailler le cours des événements afin qu'ils servent leurs intérêts.

    Notre parti a dit publiquement, depuis le tout début, que les manifestations ont été initialement lancées par les masses dont les orientations politiques s'inscrivent en opposition avec le colonialisme et toute forme d'ingérence étrangère dans les affaires Syriennes. Le peuple a le droit de protester contre les injustices commises par les responsables administratifs et les forces de sécurités locales dans les gouvernorats, et contre les injustices subies par de vastes couches de la société Syrienne. Notre parti a demandé entre autres à ce que la violence cesse, que les revendications légitimes des masses soient entendues, que l'on traite sans violence les manifestations pacifiques. Dans le même temps, nous avons mis en garde contre les tentatives d'exploitation des manifestations populaires, d'exacerbation des tensions communautaires et de destruction de l'unité nationale du peuple Syrien avec comme objectif de répandre le chaos, par des conspirateurs financés et incités par des forces étrangères opposées à la politique nationale de la Syrie. Ainsi, à plusieurs reprises, nous avons exhorté le gouvernement à promulguer des lois de réforme et à les mettre en œuvre aussi vite que possible. Nous avons indiqué clairement que de telles mesures nécessitent la restauration du calme et d'une vie normale dans les villes Syriennes, ce qui en échange exige la fin de la spirale de la violence, des arrestations et des représailles, de la part de toutes les parties.

    Mais le cours des événements a changé récemment. Des bandes armées visant les forces de l'armée et de la police, mettant à sac les propriétés privées et publiques, ont fait jour, faisant de nombreuses victimes, à la fois parmi les civils et les membres des forces de sécurité. Plusieurs villes du pays sont désormais paralysées. L'attitude agressive de ces bandes armées a éclipsé le mouvement de protestation pacifique. Les médias Syriens ont diffusé des vidéos montrant des groupes fondamentalistes terroristes qui admettaient avoir reçu de l'argent et des armes de la part de l'étranger pour lancer des attaques contre le personnel de sécurité ainsi que leurs familles.

    Le Parti communiste syrien a publié une déclaration – qui a remporté une large adhésion parmi les forces nationales – exigeant la tenue d'une conférence nationale réunissant tous les partis politiques, y compris l'opposition nationale à l'intérieur du territoire Syrien, des représentants des syndicats et des associations professionnelles, des leaders intellectuels, culturels, économiques et religieux, pour le dialogue et la réconciliation. La mission de la conférence nationale est de parvenir à un consensus sur un programme nationale pour mettre le pays sur la voie d'une réforme d'ensemble politique, économique et sociale qui contribuerait à créer une nouvelle Syrie démocratique, un État de droit qui garantisse les libertés publiques pour tous les citoyens et toutes les composantes de la société civile telles que les partis politiques, les syndicats et les associations civils, un État qui reconnaisse le pluralisme politique et les libertés de réunion et d'expression, un État où la vie publique serait libre de toute censure, un État qui permette aux citoyens d'exprimer leurs besoins et leurs aspirations politiques, économiques et sociales dans un cadre communément admis d'une compétition pacifique, un État dans les institutions duquel tous les citoyens participent au progrès de la Syrie, un État qui promeuve la dignité de son peuple, réalisant un développement social et économique harmonieux, défendant les intérêts de toutes les couches sociales, mettant les pauvres avant les riches, renforçant la fermeté de notre pays face aux projets de capitulation, et renforçant la lutte pour libérer le Golan.

    Notre parti a dit que les Syriens étaient conscients des insuffisances de notre situation interne. Ils peuvent également faire la distinction entre ceux qui demandent des réformes politiques et le développement économique et social afin de renforcer le front intérieur et ceux qui tentent de tirer profit de la situation pour attiser des conflits qui ne servent que les ennemis de la Syrie.

    Il est devenu assez clair que les interventions impérialistes dans les affaires internes de la Syrie sous le prétexte de la « démocratie », menées par les gouvernements Français et Américains, en chœur avec les gouvernements Britanniques et Allemands, se trouvent derrière la campagne médiatique de masse contre la Syrie, la campagne employant un certain nombre de dissidents Syriens en exil qui se sont associés au projet Américano-Israélien dans la région.

    Notre peuple prend les menaces pesant sur notre pays très au sérieux et se rassemble pour y faire face. Les intrigues étrangères ne réussiront pas à changer la politique nationale de notre pays : l'opposition de la Syrie au projet Américano-Israélien ; la lutte de la Syrie pour libérer le Golan ; le soutien de la Syrie à la lutte du peuple Palestinien pour libérer leur terre, pour créer un Etat palestinien ayant Jérusalem-Est comme capital, ainsi que les luttes pour libérer l'Irak de l'occupation Américaine et le Sud-Liban de l'occupation Israélienne.

    Nous apprécions beaucoup les positions fermes et positives de la Russie ainsi que de la Chine exposant les dangers pesant sur la Syrie et apportant un soutien total à la Syrie dans cette crise.

    Désormais, notre pays travaille avec d'autres partis Syriens, avec les forces d'opposition nationales, et divers courants de la société civile afin de mettre en place notre proposition d'une conférence pour le dialogue national.

    Avec nos meilleurs vœux fraternels,

    Hunein Nemer,
    Premier secrétaire du Parti communiste syrien
    avatar
    Joe
    Partisan
    Partisan

    Messages : 687
    Date d'inscription : 17/06/2011

    Re: Evénement en Syrie

    Message par Joe le Jeu 30 Juin - 22:42

    Je suis tout à fait d'accord avec toi. La situation en Syrie est compliquée, encore plus que celle de la Libye. Le gouvernement d'Al-Assad a un fort soutien dans la population, comme l'ont montré les millions de manifestants à Damas. La situation politique est différente elle aussi, il y a là-bas des partis politiques et une "opposition", même limitée. Et l'enjeu "géopolitique" est aussi majeur. Enfin, il y a le risque d'une intervention impérialiste, et le danger que représentent l'ingérence dans les affaires syriennes et la division régionale ou ethnique. Mais tout ça n'enlève rien à la légitimité des revendications démocratiques populaires, comme le rappelle très justement le Parti communiste syrien. Il faut savoir différencier les deux, et cette conférence nationale sonne comme la meilleure continuation du mouvement. C'est évident qu'aussi bien la répression que les provocations roulent dans le sens des impérialistes.

    Pareil pour l'envoyé spécial en Libye, Pierre Brabancey, que certains avaient accusé d'une trop grande compassion à l'égard des rebelles, on peut dire que son article le blanchit.


    _________☭_________
    Les peuples ne jugent pas comme les cours judiciaires ; ils ne rendent point de sentences, ils lancent la foudre - Robespierre

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    pottier
    Pionnier
    Pionnier

    Messages : 135
    Date d'inscription : 28/06/2011

    Re: Evénement en Syrie

    Message par pottier le Ven 15 Juil - 11:04

    Pour faire l'équilibre avec les informations occidentales, on peut faire une tour sur le site infosyrie.
    avatar
    Pedro
    Pionnier
    Pionnier

    Messages : 246
    Date d'inscription : 18/06/2011

    Re: Evénement en Syrie

    Message par Pedro le Lun 11 Juin - 17:13

    Torture, déplacement et résistance : l’histoire de Salameh Kaileh


    samedi 26 mai 2012 - 18h:07

    Budour Hassan - Ma’an News


    Salameh Kaileh a été arrêté à son domicile à Damas à 2 heures
    du matin, puis insulté et raillé par ses interrogateurs parce qu’il est
    Palestinien. Il a ensuite été gravement torturé pendant les
    interrogatoires, enchaîné à un lit d’hôpital par les mains et les pieds
    et privé de soins médicaux malgré sa maladie.




    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    Salameh Kaileh


    Ceci rappelle tristement la façon dont sont traités les prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes.

    Mais il y a une légère différence dans ce récit. Le
    protagoniste palestinien de cette histoire - l’intellectuel marxiste et
    dissident Salameh Kaileh - a été arrêté, torturé et finalement expulsé
    par le régime syrien, lequel s’est pourtant longtemps targué d’être un
    champion de la cause palestinienne et le rempart de la résistance face
    au sionisme et à l’impérialisme.

    Dans les premières heures du 24 avril 2012, des agents
    des services de renseignement syriens ont pris d’assaut la maison de
    Kaileh dans Barzeh, un quartier de Damas, et l’ont arrêté. Son avocat
    Anouar Bounni, avocat des droits de l’homme au Centre syrien pour les
    études et les recherches juridiques, a déclaré que Kaileh a été arrêté à
    son domicile « sans explication » et que son arrestation est une
    tentative supplémentaire de « museler » la liberté d’expression en
    Syrie.

    Après avoir passé près de trois semaines en détention,
    maintenu au secret, Kaileh a été libéré et transféré de force vers la
    Jordanie à la veille de Jour de la commémoration de la Nakba. Dans une
    interview qu’il a ensuite donné en Jordanie après son expulsion, Salameh
    Kaileh a parlé des conditions épouvantables auxquelles il a été soumis
    pendant son incarcération dans les services de renseignement de l’armée
    de l’Air, dans le district d’Al Umawiyin, ainsi qu’à l’hôpital
    militaire.

    Les traces et contusions produites par la bastonnade
    subie au cours des interrogatoires étaient apparents, mais Kaileh a
    maintenu que ce qu’il avait vécu n’était « qu’une infime partie » de par
    quoi sont passés les autres détenus avec lesquels il a partagé une
    cellule.

    Pendant l’interrogatoire par le renseignement de l’armée
    de l’Air, il a été questionné sur une brochure intitulée « Le
    gauchiste » trouvée à son domicile. Mais il a nié avoir quelque chose à
    voir avec l’impression des brochures.

    Kaileh dit qu’il a reçu les pires coups à propos d’un
    slogan dans la brochures disant : « Pour libérer la Palestine, le régime
    syrien doit tomber ». Les interrogateurs étaient particulièrement en
    colère contre cette phrase, expliqua Kaileh, et il le rouèrent de coups
    avec un câble et lui fouettèrent la plante des pieds avec un mince
    bambou.

    Kaileh a raconté à Amnesty International
    que la plus mauvaise partie de sa détention était la période passée à
    l’hôpital militaire, où plusieurs malades étaient entassés par lit, avec
    leurs mains et les pieds liés et leurs visages recouverts de
    couvertures.

    « Nous avons été obligés de déféquer et d’uriner dans
    nos lits et nous étions battus si nous osions parler à qui que ce soit.
    Mais j’ai reçu moins de coups par rapport à d’autres patients. Ce
    n’était pas un hôpital, c’était un abattoir », explique Kaileh.

    Né dans la ville palestinienne de Bir Zeit près de
    Ramallah, Kaileh a été diplômé de l’Université de Bagdad en Irak en 1979
    avec un diplôme en sciences politiques. Il déménagea ensuite à Damas où
    la majeure partie de son travail comprenait la rédaction de textes
    critiques et de lutte pour la liberté et la justice sociale. Il a écrit
    sur une pléthore de sujets, allant du nationalisme arabe à
    l’impérialisme et à la mondialisation.

    Kaileh est un critique connu et ses écrits sont
    caractérisées par une dénonciation acerbe et sans concession de la
    gauche arabe. Selon Kaileh, non seulement la gauche arabe a échoué
    misérablement dans la résistance à l’oppression des régimes tyranniques
    mais aussi entachés de l’héritage socialiste et marxiste, mais elle a
    aussi bafoué les valeurs qu’elle prétend représenter en se transformant
    en un mouvement réactionnaire juché sur le train du nationalisme arabe
    répressif et baasiste. La critique par Kaileh de la gauche arabe
    bourgeoise et de ses lacunes vise à créer et à cristalliser une nouvelle
    gauche révolutionnaire.

    Comme ses professeurs Omar Dahi et Vijay Prashad l’ont écrit dans leur présentation de Salameh Kaileh sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] :
    « Salameh a aiguisé sa critique du nationalisme arabe et du marxisme
    par sa dénonciation simultanée et implacable de l’impérialisme
    occidental, des régimes arabes conservateurs, et principalement, du
    sionisme. »

    L’opposition de Kaileh à la politique de l’ancien
    despote Hafez al-Assad, et son combat pour la démocratie et la liberté
    sous le régime despotique baasiste, ont entraîné son emprisonnement le
    11 mars 1992. Il a passé quatre ans en prison dont plusieurs mois en
    isolement, sévèrement torturé avant de finalement subir un procès et
    être condamné à 8 ans de prison en 1996.

    Kaileh a été libéré en mars 2000, après avoir passé les
    deux dernières années de sa peine dans la tristement célèbre prison de
    Tadmor, qu’il décrit comme un « camp de concentration ».

    Quelques mois après sa libération, Kaileh a été
    diagnostiqué avec un cancer mais ni son état de santé très
    problématique, ni les longues et douloureuses années d’incarcération, ni
    la torture ne pouvaient étouffer sa détermination à lutter pour la
    liberté politique en Syrie, en Palestine et dans le monde arabe dans son
    ensemble.

    L’ardeur infatigable de Kaileh pour la liberté et la
    justice n’a jamais été aussi évidente que lors de l’insurrection en
    cours pour renverser le régime de Bachar Assad. À une époque où
    l’essentiel des Arabes « de gauche » continuent de tourner le dos à la
    lutte pourtant courageuse des révolutionnaires syriens, se rangeant du
    côté du régime ou en restant docilement à regarder ce qui se passe,
    Kaileh a soutenu le soulèvement syrien depuis son début le 15 mars 2011.

    Ce n’était donc pas une surprise si les forces de
    sécurité syriennes ont cherché à réduire au silence Salameh Kaileh, même
    si une telle tentative tournerait - une fois de plus - en ridicule la
    propagande usée du régime selon quoi l’insurrection syrienne est une
    conspiration impérialiste et sioniste dirigée par des « groupes armés »
    salafistes qui cibleraient le régime pour son rôle dans la défense de la
    résistance.

    Il y a des milliers de prisonniers politiques qui
    croupissent dans les geôles syriennes et les camps de torture. Ils sont
    moins chanceux que Salemeh Kaileh. Leurs noms et leurs visages ne sont
    pas connus de nous, ils n’ont pas de livres à leurs noms et leurs cas ne
    vont pas attirer l’attention des médias et des organisations de défense
    des droits de l’homme.

    Ce qui est révélateur dans le cas de Salameh Kaileh,
    c’est que le régime syrien ne fait pas de distinction entre un
    Palestinien et un Syrien, ou entre un intellectuel et un paysan. Toute
    personne qui s’oppose au régime peut être victime de tortures,
    d’emprisonnement arbitraire, voire même perdre la vie.

    Toutefois, Kaileh est absolument certain que le régime
    va tomber : « Si vous pouviez voir la résilience des jeunes détenus,
    même après avoir subi des tortures horribles, vous comprendriez que ce
    régime ne peut pas survivre. »
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    avatar
    Joe
    Partisan
    Partisan

    Messages : 687
    Date d'inscription : 17/06/2011

    Re: Evénement en Syrie

    Message par Joe le Lun 11 Juin - 19:23

    Mouais, le régime syrien est sans doute terrible mais je crois qu'il jouit encore d'un fort soutien dans la population. Qui plus est je ne suis pas favorable à ce qu'il chute à la faveur d'une intervention impérialiste dont les conséquences seraient encore pire pour les Syriens et les peuples avoisinant.


    _________☭_________
    Les peuples ne jugent pas comme les cours judiciaires ; ils ne rendent point de sentences, ils lancent la foudre - Robespierre

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    pottier
    Pionnier
    Pionnier

    Messages : 135
    Date d'inscription : 28/06/2011

    Re: Evénement en Syrie

    Message par pottier le Ven 15 Juin - 10:36

    Depuis la disparition du camp socialiste, les Etats--Unis mobilisent la « communauté internationale » pour éliminer les « tyrans sanguinaires » et « rétablir la démocratie » en se servant des réseaux « sociaux » et de la « liberté d'information ».

    Je n'étais pas vraiment un admirateur de Milosevic et encore moins des Saddam Hussein et autres Mouammar Kadhafi mais je trouve la ficelle un peu grosse !

    De plus, le prix (du sang) à payer pour les populations est exorbitant.

    Et j’admire le retour de la démocratie en Lybie et en Irak !
    avatar
    Joe
    Partisan
    Partisan

    Messages : 687
    Date d'inscription : 17/06/2011

    Re: Evénement en Syrie

    Message par Joe le Mer 4 Juil - 17:17

    Je vous recommande cette vidéo choquante de l'AFP, où l'on voit d'une part que les rebelles n'hésitent pas à utiliser le Crac des chevaliers comme bouclier, mais qu'en plus ils arment les enfants :

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    _________☭_________
    Les peuples ne jugent pas comme les cours judiciaires ; ils ne rendent point de sentences, ils lancent la foudre - Robespierre

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    pottier
    Pionnier
    Pionnier

    Messages : 135
    Date d'inscription : 28/06/2011

    Re: Evénement en Syrie

    Message par pottier le Jeu 5 Juil - 10:34

    Je sais qu'il ne faut pas se laisser impressionner par les images et qu'il est indispensable de continuer à raisonner lucidement. Toutefois, quand j'ai vu l'enfant je n'ai pas pu m'empêcher de penser aux miens...[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    Joe
    Partisan
    Partisan

    Messages : 687
    Date d'inscription : 17/06/2011

    Re: Evénement en Syrie

    Message par Joe le Jeu 5 Juil - 16:52

    Ce qui est incroyable c'est que ce genre d'images auraient provoqué un tollé si cela avait été le fait des partisans du gouvernement. Ici c'est presque comme si l'on nous présentait la chose comme une action héroïque.


    _________☭_________
    Les peuples ne jugent pas comme les cours judiciaires ; ils ne rendent point de sentences, ils lancent la foudre - Robespierre

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    pottier
    Pionnier
    Pionnier

    Messages : 135
    Date d'inscription : 28/06/2011

    Re: Evénement en Syrie

    Message par pottier le Ven 6 Juil - 11:18

    La subjectivité a toujours été utilisée dans le combat des idées. Mais là j'admire le savoir-faire.

    "Victimiser", diaboliser, ignorer, travestir, bannir, juger c'est le travail quotidien, et même la mission des grands moyens d'information -qui ont les moyens.[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Heureusement qu'il y a BHL pour nous dire où sont les gentils. Et quel que soit le pays ce génie est capable de les identifier à coup sûr ![Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    Joe
    Partisan
    Partisan

    Messages : 687
    Date d'inscription : 17/06/2011

    Re: Evénement en Syrie

    Message par Joe le Dim 15 Juil - 10:23

    Et voilà, quelques jours après les déclarations idiotes de François Hollande, on nous annonce que le gouvernement syrien n'a pas cherché à "massacrer" tout un village mais ciblait des rebelles et des déserteurs dans certaines maisons particulières. Une nouvelle preuve, s'il en fallait une, que l'on instrumentalise ces prétendus "massacres" pour préparer l'opinion générale à la guerre.


    _________☭_________
    Les peuples ne jugent pas comme les cours judiciaires ; ils ne rendent point de sentences, ils lancent la foudre - Robespierre

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    Joe
    Partisan
    Partisan

    Messages : 687
    Date d'inscription : 17/06/2011

    Re: Evénement en Syrie

    Message par Joe le Mer 18 Juil - 9:31

    Et voilà, après qu'on nous ait fait tout un tintouin sur la mort du journaliste, on apprend enfin la vérité : il n'est pas mort d'un bombardement du gouvernement, comme on l'avait prétendu, mais d'une roquette rebelle.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    _________☭_________
    Les peuples ne jugent pas comme les cours judiciaires ; ils ne rendent point de sentences, ils lancent la foudre - Robespierre

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    marquetalia
    Pionnier
    Pionnier

    Messages : 117
    Date d'inscription : 21/02/2012

    Re: Evénement en Syrie

    Message par marquetalia le Mer 15 Aoû - 19:32

    malheureusement,l ordre impérialiste va s imposer en syrie.

    marquetalia
    Pionnier
    Pionnier

    Messages : 117
    Date d'inscription : 21/02/2012

    Re: Evénement en Syrie

    Message par marquetalia le Mer 15 Aoû - 19:33

    les usa veulent mettre la main sur le moyen orient en créant un nouveau CENTO.

    Contenu sponsorisé

    Re: Evénement en Syrie

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 11 Déc - 15:22