Parti Communiste Français

    Partagez

    Xuan
    Nouveau
    Nouveau

    Messages : 14
    Date d'inscription : 17/02/2012

    Re: Parti Communiste Français

    Message par Xuan le Dim 4 Mar - 18:30

    Joe a écrit: Elle est immédiate parce-qu'elle ne mène pas vers le socialisme ni la révolution.
    En effet, dans le système capitaliste en période de crise, le protectionnisme ne conduit ni à l’un ni à l’autre mais à un approfondissement de la crise.
    avatar
    Joe
    Partisan
    Partisan

    Messages : 687
    Date d'inscription : 17/06/2011

    Re: Parti Communiste Français

    Message par Joe le Dim 4 Mar - 18:34

    Ah. Je suppose que tu es aussi pour les délocalisations, qui permettent aux entreprises de maintenir leur taux de profit ?


    _________☭_________
    Les peuples ne jugent pas comme les cours judiciaires ; ils ne rendent point de sentences, ils lancent la foudre - Robespierre

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Xuan
    Nouveau
    Nouveau

    Messages : 14
    Date d'inscription : 17/02/2012

    Re: Parti Communiste Français

    Message par Xuan le Dim 4 Mar - 19:06

    Joe a écrit:Ah. Je suppose que tu es aussi pour les délocalisations, qui permettent aux entreprises de maintenir leur taux de profit ?

    ???

    Ne me fais pas de procès d'intention, je te dis que le protectionnisme dans le système capitaliste approfondit la crise. C'est un fait avéré, c'est tout.
    Quant aux délocalisations, il est naturel que les salariés s'y opposent.
    Après, les capitalistes se débrouillent, on n'est pas là pour résoudre leur crise
    mais pour les virer.
    avatar
    Joe
    Partisan
    Partisan

    Messages : 687
    Date d'inscription : 17/06/2011

    Re: Parti Communiste Français

    Message par Joe le Lun 5 Mar - 19:03

    Je disais juste pourquoi ça ne me choque pas de voir des mesures "protectionnistes" dans un programme de réformes. D'ailleurs il me semble que le protectionnisme du Front de gauche n'est pas très défini, et que généralement quand on parle de protectionnisme, c'est en relation avec l'interdiction de licenciement pour les entreprises qui profitent.


    _________☭_________
    Les peuples ne jugent pas comme les cours judiciaires ; ils ne rendent point de sentences, ils lancent la foudre - Robespierre

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    erve
    Nouveau
    Nouveau

    Messages : 95
    Date d'inscription : 19/07/2011

    Re: Parti Communiste Français

    Message par erve le Jeu 24 Mai - 8:37

    Votre camarade du CN du PCF pose là de très bonnes questions. inquiet

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Spoiler:
    Jean-Luc Mélenchon à Hénin-Beaumont ou la pédagogie de l’effacement du PCF en France et en Europe.
    dimanche 20 mai 2012
    par Marie-Christine Burricand
    popularité : 100%

    La candidature de Jean-Luc Mélenchon en remplacement d’Hervé Poly, secrétaire départemental du PCF 62, est riche d’enseignements. Il faut dans cette affaire dépasser l’immédiateté électorale pour voir ce qu’elle révèle de l’avenir du PCF.

    Je livre ici quelques réflexions personnelles pour que le débat s’ouvre sur l’avenir du PCF.

    J’aborderai tout d’abord trois questions sur lesquelles il ne me semble pas nécessaire de passer trop de temps.

    La position de la Fédération du Pas-de-Calais

    La proposition émane du secrétaire national du PCF Pierre Laurent, au lendemain des premières discussions post-présidentielles avec les partenaires de gauche concernant les législatives.

    La fédération du Pas-de-Calais l’a acceptée clairement. Que ce soit par contrainte, faiblesse, conviction ou calcul n’a plus guère d’importance aujourd’hui. Le fait s’impose avec ses conséquences inhérentes [1]. Quant aux positionnements stratégiques futurs de cette fédération, les réponses viendront en leur temps et il faut éviter d’insulter l’avenir.

    Le parachutage

    Ce n’est pas un parachutage mais une OPA sur une circonscription qui était réservée au PCF dans l’accord des législatives passé entre les partenaires du Front de gauche [2].

    Pourquoi Hénin-Beaumont ?

    Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’un candidat à la présidentielle veuille être député, surtout quand il affirme sa volonté de construire une nouvelle force politique, d’en avoir le leadership et se prépare à un destin personnel national [3].

    Marine Le Pen peut-elle être battue ? Oui, la gauche est assurée d’avoir un candidat au second tour, François Hollande était en tête dans la circonscription au soir du second tour des présidentielles et le sortant est socialiste.
    Le Front de gauche peut-il être en tête de la gauche au soir du premier tour ? C’est possible car le PS est discrédité par les affaires, le redécoupage plus favorable aux communistes et les candidats communistes labourent la circonscription depuis plusieurs mois.
    La défaite de Marine Le Pen est-elle certaine ? Non bien sûr, car elle a progressé dans la circonscription et peut s’appuyer sur son résultat des présidentielles.
    Jean-Luc Mélenchon est-il le seul capable de la battre ? : assurément non [4] !

    Jean-Luc Mélenchon va à Hénin-Beaumont parce que c’est une circonscription gagnable mais non assurée, travaillée depuis plusieurs mois par le PCF, qu’il espère y devancer le PS, qu’il continue sur sa ligne Front contre Front [5] et qu’il est certain que sa campagne sera très médiatisée, ce dont il a absolument besoin pour continuer à occuper l’espace politique.

    La bataille contre les idées du Front National
    La défaite de la leader frontiste sera une bonne nouvelle.

    Cependant la bataille contre les idées du FN va bien au delà. Et nous sommes sans doute entrés dans une nouvelle étape de la lutte contre l’extrême droite avec toute une partie de la droite qui reprend à son compte les idées du FN comme solutions à la situation. C’est pour cela qu’il ne faut pas lâcher sur « Battre la droite ».

    Et cette porosité des idées du FN s’étend jusqu’aux électeurs de gauche [6].

    Il faut observer que le FN a fait de la médiatisation de ses idées sa priorité et qu’une défaite de ses leaders ne l’a jamais arrêté. Et il est avéré que le tête à tête avec les leaders frontistes est un jeu dangereux parce qu’il leur profite autant qu’à leur adversaire.

    Il y a une leçon à tirer de l’élection présidentielle, c’est que les arguments d’ordre moraux, aussi justifiés soient-ils ne suffisent pas à faire reculer les idées du FN.

    Il faut mesurer la violence de ce que vivent les citoyens dans tous les aspects de leur vie : à l’école, au travail, en famille... le capital détruit, dresse les individus les uns contre les autres.

    Et dans cette situation le FN fait son boulot pour le capital : le monde est dur, on ne peut pas le changer, alors faisons avec ce que nous avons et serrons-nous les coudes. C’est une solution fasciste qui est proposée à la crise, au delà d’une solution ethnique, celle du chacun pour soi, de la loi du plus fort et du capital comme horizon indépassable. Et comme tout mouvement fasciste qui se respecte, le FN travaille le thème de la nation d’autant plus facilement que le PCF lui a laissé, en s’engouffrant à la remorque du PGE dans la réorientation de l’Union européenne. C’est dire combien le capital a absolument besoin aujourd’hui des idées du FN et combien notre combat doit être le plus efficace possible.

    Je résume ce qui me paraît les conditions pour battre les idées du FN ainsi :

    Intervenir à partir de la réalité que vivent les gens, mener la bataille idéologique et agir au plus près, modifier cette réalité par la lutte et la solidarité, ce qui exige une organisation populaire de type parti communiste, beaucoup de disponibilité et d’inventivité de la part de ceux qui s’engagent dans l’action de base et sont aux premières loges de ce combat, n’en déplaise à Mélenchon (voir ces déclarations sur les élus locaux).
    Créer les conditions que la gauche fasse la démonstration de sa capacité à transformer la réalité dans le sens des intérêts populaires, ce qui est la meilleure manière de faire reculer le « on n’y peut rien ».
    Renouer avec le marxisme, mener le combat pour le socialisme et porter l’idéal communiste, ce qui revient à contrer l’idéologie fasciste d’un monde livré au hasard, aux forces du mal et à la Loi du plus fort et à ouvrir une issue face au capitalisme.
    Redonner son sens à la nation et exiger que le peuple retrouve sa souveraineté nationale perdue avec les traités européens.

    Cela a bien été le point faible de la campagne du Front de gauche aux présidentielles.

    L’effacement du PCF
    Le remplacement d’un candidat PCF à Hénin-Beaumont par Mélenchon porte un message : le PCF n’est pas le mieux placé pour rassembler et gagner contre le FN.

    C’est d’ailleurs ce que dit Mélenchon dans diverses déclarations [7].

    Dans l’Huma dimanche, Mélenchon explique "Hervé Poly ne sera pas le suppléant du député. Il sera le député suppléant. C’est lui qui, avec les camarades, localement, sera l’interface constante entre la représentation nationale et le terrain".

    De telles affirmations gratuites en feront rire plus d’un. Mais, même s’il y met les formes, ces propos éclairent bien la démarche : à Mélenchon la représentation nationale et la visibilité, aux communistes la tambouille sur le terrain.

    Fallait-il présidentialiser à ce point les législatives et gommer par là même le travail à l’assemblée comme sur le terrain des députés communistes en faisant de Jean-Luc Mélenchon le chef de file de cette bataille ? Là encore, le PCF passe sous la table.

    Jean-Luc Mélenchon a une ligne dont il ne se cache pas : construire une nouvelle force politique qui rassemble à gauche du parti socialiste. A la lecture de diverses déclarations, on peut penser d’ailleurs que son objectif est plus ambitieux et vise à construire un nouveau PS, quelque chose qui ressemblerait à la vieille SFIO d’avant 1920 [8].

    Il faut lui reconnaître une opiniâtreté certaine. Il ne perd pas de vue son objectif. Il a affirmé à plusieurs reprises que la division du Congrès de Tours était dépassée. Il dit de plus en plus souvent qu’il est chez lui au PCF et assène ses certitudes sur ce que vont faire ou pas les communistes qu’« il connait bien ». Il parle de plus en plus souvent au nom de toutes les composantes du Front de gauche, sans leur demander leur avis. Quand il parle de Syriza, il dit « notre parti en Grèce ».

    Tout cela indique qu’il pense être proche de son objectif : créer une nouvelle force politique à gauche après avoir réussi son OPA sur le PCF, force politique dont il serait évidemment le leader.

    Les responsabilités de la direction du PCF

    Si Jean-Luc Mélechon est si prêt du but, c’est qu’il est bien aidé par la direction du PCF.

    Car la situation serait très différente si celle-ci travaillait à développer une réflexion et une activité autonomes au-delà du Front de Gauche, qui ne serait alors qu’une alliance. C’est tout le contraire qui se passe et la photo de Mélenchon est devenue la carte de visite de pas mal de nos candidats ainsi dispensés de réfléchir et parler en communistes. Il est vrai que c’est plus facile !

    De plus en plus souvent, le logo PCF disparait de nos affiches et tracts ou se résume à un graffiti qu’il faut bien chercher, une caractéristique personnelle. Le groupe à l’Assemblée sera Front de gauche et les communistes seraient bien avisés de ne pas attendre le 17 juin pour demander qui en sera le président car la proposition de Jean-Luc Mélenchon à ce poste s’il est élu n’a rien d’impossible.

    Dans l’invitation à la rencontre avec le leader de Syriza (par ailleurs vice-président du PGE), nous sommes PGE ou Front de gauche mais jamais PCF [9].

    Et au dernier CN, Pierre Laurent invitait les jeunes militants à participer à un stage en Grèce à l’initiative du PGE.

    Dans un récent Élu d’aujourd’hui, ce même Pierre Laurent signe l’édito comme Président du PGE.

    Il faut bien constater que tous les symboles et actes qui font l’existence d’un parti au plan national et international sont en train de disparaître et leurs sont substitués les symboles et actes du Front de gauche au plan national et du PGE, son pendant au plan européen [10].

    Rappelons nous que ce qui nous rend visibles comme communistes pour les autres, ce n’est pas la conviction que nous avons chacun de l’être mais notre reconnaissance comme tels par les autres, reconnaissance qui passe par des signes et des actes permettant de nous identifier. Et, il n’est jamais innocent qu’un logo se substitue à un autre.

    Il faut mesurer aussi ce qui se joue au plan européen avec un PGE au réformisme assumé qui entraînera de plus en plus les forces qui s’y réfèrent au renoncement à la nation comme cadre de la souveraineté populaire et à déléguer l’espoir de changement dans un aménagement des institutions européennes qui ne porte pas la rupture avec le capital.

    Dans ces conditions, il faut être très aveugle ou très optimiste pour ne pas voir que la direction a sérieusement avancé vers la création d’une nouvelle force politique [11].

    L’avenir du PCF
    Je rencontre pas mal de camarades qui me disent : ce n’est pas possible, nous nous sommes renforcés dans la dynamique des présidentielles, nos organisations de base sont plus fortes, nous allons avoir plus d’élus et d’ailleurs les gens savent bien que le Front de gauche c’est surtout les communistes...

    Tout cela est assez vrai et constitue une force de résistance non négligeable.

    Mais ce qui s’est passé à Hénin-Beaumont devrait sonner pour ces camarades comme un signal d’alarme. Et, nos députés seront ceux du Front de gauche. Enfin, dans bon nombre d’endroits, il n’y a plus d’activité propre au PCF hors Front de gauche.

    Surtout, pour que cette détermination locale se traduise nationalement, il faut qu’elle rencontre la volonté d’une direction. Or le doute n’est plus permis quant à la volonté de cette direction [12].

    D’autres, dedans ou dehors du PCF, considèrent qu’il y a longtemps que le PCF n’assume plus son rôle révolutionnaire. Dans ces conditions, le Front de gauche leur paraît un succédané acceptable et Mélenchon pas pire que Marie-Georges Buffet ou Pierre Laurent.

    Mais renoncer à l’existence d’un parti communiste, c’est renoncer au marxisme, au renversement du capitalisme, au socialisme et au communisme alors même que la période historique appelle à un projet d’envergure qui ne limite pas notre ambition à notre seule place dans les institutions. C’est en somme renoncer à la révolution.

    La question de l’existence d’un Parti communiste en France reste essentielle pour tous ceux qui se fixent pour objectif la transformation du système et non son aménagement.

    Des doutes sérieux pèsent sur l’avenir du PCF mais les forces qui le constituent et qu’il influence, représentent une part essentielle de ceux qui veulent faire vivre et exister une force révolutionnaire en France.

    Un congrès aura lieu en 2012 et quelle que soit la difficulté de la tâche, il serait stupide de renoncer à la bataille pour l’existence du PCF, d’autant que le calendrier social et politique n’est pas écrit d’avance.

    Mais mesurons la tâche. Les aménagements à la marge et la tactique ne seront pas de mise. La période électorale s’achèvera dans quelques semaines et il nous faudra créer les conditions de poser au sein du PCF -mais aussi au sein du mouvement populaire- les questions stratégiques pour son existence et son avenir dans la franchise et la fraternité sans nous isoler.

    Les rencontres de Marseille des 6, 7 et 8 juillet sont un premier moment pour y travailler. Il est important que nous nous y retrouvions nombreux.


    [1] J’entends par conséquences inhérentes qu’une fois la décision prise, il faut l’expliquer voire la justifier et la positiver. Il faut assurer la visibilité et la place du PCF dans une telle situation et tenter d’en tirer avantage pour la fédération. Cela n’a rien d’étonnant et n’est pas l’essentiel.

    [2] Je note cependant que Jean-Luc Mélenchon n’est pas à l’aise avec cette question. Son argumentation du type « nous sommes tous du monde », vise à faire passer ceux qui s’étonnent pour de vieux franchouillards un brin facho. Il faut dire que son arrivée dans le Pas-de-Calais révèle une vraie faiblesse. Malgré sa longue carrière, il n’a construit aucun ancrage local et le parti de gauche est trop faible pour lui ouvrir les portes d’une circonscription gagnable. Ce n’est pas une tare, mais c’est bien le propre des hommes politiques qui ont construit leur parcours d’abord dans les appareils.

    [3] Mélenchon a déclaré à plusieurs reprises : je ne rentrerai dans un gouvernement que si j’en suis premier ministre. Il y a là une dimension politique et personnelle. Soit dit en passant, cette affirmation me paraît très gauchiste. C’est le rapport des forces réelles qui détermine s’il faut aller ou pas au gouvernement et avec de tels raisonnements, les communistes ne seraient pas rentrés au gouvernement en 1945, tant pis pour la Sécu et EDF.

    [4] Les choses étaient bien lancées dans la circonscription et s’il fallait donner un coup de pouce au candidat désigné par les communistes, Jean-luc Mélenchon comme la direction nationale pouvaient lui apporter leur présence et leur soutien. Sans compter que cette région ne manque pas de personnalités connues, à commencer par le député européen Jacky Hénin et les deux députés du Nord, Alain Bocquet et Jean-Jacques Candelier. Et si vraiment il fallait un dirigeant national, pourquoi alors ne pas désigner Pierre Laurent ? Cela aurait été un beau challenge pour le secrétaire national du PCF.

    [5] Cette stratégie Front contre Front ne manque pas d’interroger. D’une certaine manière, elle valide l’alternance, elle gomme l’évolution de toute une partie de la droite vers des solutions de plus en plus dures et surtout que droite dure et FN sont les deux jambes du capital pour faire accepter l’austérité, les reculs sociaux, culturels et politiques. Il faut lire à ce sujet l’excellent article de Jean-Claude Delaunay (La stratégie du gauchisme...).

    [6] Il n’est pas rare que des électeurs de gauche nous disent « il faut dire que sur ce point Marine Le Pen n’a pas tort » et ceux qui déclarent qu’ils n’excluent pas de voter à l’occasion pour des candidats du FN sont de plus en plus nombreux.

    [7] CF : "Hervé Poly y allait parce que ses camarades lui demandaient, mais il était dépassé par la situation", "C’est plus facile de voter pour moi parce que je suis socialiste".

    [8] Des camarades disaient qu’il y aurait deux candidats socialistes aux présidentielles, Hollande et Mélechon. Cette assertion est juste et n’est pas démentie d’ailleurs par Mélenchon qui ne rechigne pas à rappeler qu’il est socialiste.

    [9] Cette rencontre marque d’ailleurs une rupture affirmée avec le KKE et la déclaration commune de 15 partis communistes de toute l’Union européenne appelant à une opposition maximale au Traité sur la stabilité, la coordination et de la gouvernance dans l’Union économique et monétaire et le Traité révisé sur le Mécanisme européen de stabilité (MES).

    [10] Pour mémoire, Jean-Luc Mélenchon est lui aussi adhérent au PGE.

    [11] Bien sur, elle aura si nécessaire l’habileté de laisser subsister tant que nécessaire un PCF réduit au local et à l’appoint mais qui n’est plus une force nationale autonome et l’appareil nécessaire à sa survie dans le nouveau cadre établi. Attention à ne pas confondre la lutte des classes et la lutte des places.

    [12] Voir sur le rôle des directions dans la liquidation des partis, le livre de Guido Liguori "Qui a tué le parti communiste italien".
    avatar
    Joe
    Partisan
    Partisan

    Messages : 687
    Date d'inscription : 17/06/2011

    Re: Parti Communiste Français

    Message par Joe le Jeu 24 Mai - 18:42

    Je trouve que c'est n'importe quoi. Ces gens sont tellement sectaires qu'ils prêtent à rire. Leur stratégie d'attaque maintenant, c'est de dire que le Front de gauche aurait effacé le PCF. Dans les faits, on n'a jamais autant parlé du PCF depuis des années, et la candidature Mélenchon est passé aux yeux de pas mal de monde pour une candidature communiste.

    La circonscription du Pas de Calais est très honorable, Hervé Poly aussi. De ce que j'en sais, il n'est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds. Il me semble évident qu'il a accepté la candidature de Mélenchon de bon coeur. Je pense que la quasi-totalité des communistes de France auraient été ravis d'accueillir Mélenchon dans une circonscription où ils n'étaient pas donnés gagnants. C'est le candidat du Front de gauche, les militants du PCF l'ont choisi à une très large majorité.

    Enfin ils ne comprennent vraiment rien et déforment tout malhonnêtement. Quand Mélenchon dit qu'il assumera la représentation nationale, cela ne prête pas à confusion. La représentation nationale, c'est celle du député. Le suppléant ne siège pas, et ne sert à rien concrètement. Ce n'est qu'une roue de secours. En disant que Hervé Poly assurera la représentation locale, il propose de partager les tâches, ce qui est très habile et honnête.
    Ils sont malhonnêtes car tout le monde sait que ni Hervé Poly ni Pierre Laurent n'ont l'aura d'un candidat à la présidentielle comme Mélenchon. En choisissant d'aller s'affronter à Le Pen plutôt que d'être parachuté dans une circonscription "gagnable", Mélenchon donne un symbole fort. Evidemment c'est un symbole qui laisse indifférent ces gens qui s'opposent au Front de gauche depuis le début. Le seul problème est là, ils ne supportent pas le Front de gauche. Malheureusement cela n'a rien à voir avec un quelconque effacement du PCF ou une "OPA" de Mélenchon. D'ailleurs l'OPA supposée de Mélenchon, je l'attends avec impatience, et même je la souhaite.


    _________☭_________
    Les peuples ne jugent pas comme les cours judiciaires ; ils ne rendent point de sentences, ils lancent la foudre - Robespierre

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Xuan
    Nouveau
    Nouveau

    Messages : 14
    Date d'inscription : 17/02/2012

    Re: Parti Communiste Français

    Message par Xuan le Jeu 24 Mai - 20:33

    Joe a écrit:Dans les faits, on n'a jamais autant parlé du PCF depuis des années, et la candidature Mélenchon est passé aux yeux de pas mal de monde pour une candidature communiste.

    L’Humanité a mis en ligne [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de Mélenchon chez Patrick Cohen, sur France Inter.
    On y entend Mélenchon dire à propos de l’augmentation des salaires qu’elle ne se ferait « pas dans des secteurs exposés à la concurrence internationale » .
    Plus loin : « Il faudra manier doucement le rallumage des feux salariaux, doucement mais fermement… »
    « L’effet enchérissement du coût du travail est compensé par l’effet augmentation du carnet de commande…
    Comment faire pour que les petites entreprises respirent ? On pourrait mutualiser les dépenses cotisations sociales, on pourrait avoir une caisse de péréquation
    - mais je croyais que vous vouliez supprimer les exonérations de cotisations sociales ?
    - Si on supprime les exonérations, ce qui ne se fera pas d’un coup, pas en 24 h
    - Augmentation importante du SMIC plus les exonérations de cotisations sociales ça aboutit à une hausse considérable du coût du travail
    - c’est pourquoi ce sont des réglages qu’il faut faire avec délicatesse, mais ce qui est important c’est de tracer le cap c’est-à-dire augmenter tout de suite ce que gagnent les gens[…]c’est la première fois qu’on voit un candidat socialiste ne pas le proposer. »


    En clair, et après toutes ses déclarations « communistes », Mélenchon est pour les augmentations de salaire qui ne diminuent pas les profits
    Des candidatures "communistes" comme ça, il vaut mieux éviter.

    AllXS
    Nouveau
    Nouveau

    Messages : 35
    Date d'inscription : 18/06/2011

    Re: Parti Communiste Français

    Message par AllXS le Ven 25 Mai - 11:33

    Face à la dynamique actuelle je pense qu'il faut savoir travailler avec la sociale-démocratie radicale du Fdg, être conscient de ses limites et faiblesses idéologiques et donc ne pas en être surpris à tout bout de champ. D'autant que si ce front est appelé à se massifier il y aura encore plus de faiblesses idéologiques. Il faut le prendre pour ce qu'il est, cad un front constitué de forces principalement non-communistes et travailler en conséquence.

    Mais je vois mal comment on pourrait se réjouir du fait qu'il n'y ait plus aucune différence entre le Pcf et les autres composantes soc dem du Fdg, une forme de fusion à terme serait un échec pour ceux qui veulent reconstruire un PC, leur proximité sur les questions européennes et leur absence de position sur l'impérialisme sont déjà un échec de cette perspective. Idem pour l'enthousiasme effarant de certains militants Pcf envers la personne de mélenchon, c'est révélateur d'un manque de maturité politique et aussi de formation dans ce parti (bottage en touches répétés de Mélenchon sur Cuba dans les médias, plantage en règle sur des questions économiques quand un journaliste lui sort le paradoxe de la "baisse de la part salariale dans la VA" et autres)
    avatar
    erve
    Nouveau
    Nouveau

    Messages : 95
    Date d'inscription : 19/07/2011

    Re: Parti Communiste Français

    Message par erve le Ven 25 Mai - 15:31

    et, joe, quand tu lis ça, ça ne va pas non plus pour toi ? bizzz

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    France: «Je défends les idées d'un véritable parti communiste, qui ne se cache pas derrière le Front de gauche».

    Jeudi 24 mai 2012

    Membre du Parti communiste français (PCF), Roland Germain se présente sous cette étiquette aux élections législatives dans la 2e circonscription de Haute-Saône. Il entend principalement défendre l'intérêt des habitants dans les domaines de l'emploi, du pouvoir d'achat et des services publics de proximité.

    «Je défends les idées d'un véritable parti communiste, qui ne se cache pas derrière le Front de gauche». Le maire de Plancher-Bas, Roland Germain, candidat aux législatives en Haute-Saône, met les choses au point d'entrée. Et quand on lui demande si sa candidature – tout comme celle de Frédéric Bernabé dans la 1re circonscription – a pour but de faire de l'ombre au Front de gauche, il répond du tac au tac: «Je ne comprends pas la politique menée par les dirigeants du PCF au niveau national, qui font tout pour effacer notre parti. On veut que notre parti vive, et pour qu'il vive, il ne faut pas se cacher. Nous sommes des humanistes. On a été désigné à plus de 90 % par nos adhérents en Haute-Saône pour représenter le PCF. Les communistes haut-saônois ont choisi notre parti lors de ce vote, pas le Front de gauche, pour lequel ils pouvaient également voter».
    S'il est élu, Roland Germain compte avant tout effectuer un travail de proximité: «Il faut s'occuper du milieu rural dans lequel on vit. Un député doit être dans sa circonscription, au service de ses habitants et répondre à leurs préoccupations», souligne-t-il.
    Le candidat du PCF entend mettre un terme à la fermeture des services publics de proximité. «Chaque citoyen doit avoir un bureau de poste près de chez lui, chaque personne malade doit pouvoir accéder à un hôpital à proximité», soutient le maire de Plancher-Bas. Même constat pour l'éducation et les écoles, pour lesquelles l'élu propose «d'aider les petites communes à se regrouper dans des pôles éducatifs de trois ou quatre villages».
    Roland Germain, candidat du Parti communiste français dans la 2e circonscription de Haute-Saône, 65 ans, retraité. Maire de Plancher-Bas et conseiller communautaire.
    Suppléante: Fabienne Liévin, retraitée.

    Contenu sponsorisé

    Re: Parti Communiste Français

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 24 Nov - 20:04