Venezuela. Il y a vingt-quatre ans, le « Caracazo »

    Partagez
    avatar
    Resistance
    Nouveau
    Nouveau

    Messages : 49
    Date d'inscription : 03/07/2012
    Localisation : Lille

    Venezuela. Il y a vingt-quatre ans, le « Caracazo »

    Message par Resistance le Dim 3 Mar - 14:12

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


    Le Venezuela a commémoré le vingt-quatrième anniversaire des émeutes populaires du 27 février 1989. Le « [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] », c’était cette réaction spontanée d’un peuple qui subissait de plein fouet l’application de politiques économiques responsables de la diminution des budgets sociaux, de la privatisation des services publics et de la hausse vertigineuse du coût de la vie. Cette politique était encouragée par le président d’alors, Carlos Andrés Perez, en échange d’un prêt de cinq milliards de dollars de la part du FMI (fonds monétaire international). Un « cadeau » soumis aux intérêts de la finance internationale…

    Le virage néolibéral impulsé par Carlos Andrés Perez entraîna très rapidement la libéralisation des prix et des taux d’intérêt. Mais le président, élu sur la base d’un programme de gouvernement social-démocrate (il était le candidat de l’[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]), déçut la plus grande partie des classes populaires qui s’estimaient trahies lorsqu’il imposa encore plus de sacrifices en vue de réduire le déficit fiscal à moins de 4 % du PIB. L’augmentation de 30 % du prix des transports en commun, devant être suivie d’une autre augmentation de 100 % trois mois plus tard, mit le feu aux poudres. Les étudiants, ne pouvant plus payer leur transport, manifestent et se révoltent. La protestation se transforma rapidement et spontanément en affrontements avec la police locale puis gagna Caracas où elle prit la dimension d'émeute avec blocage des routes, bus incendiés et réappropriation des grands magasins : le « Caracazo » commençait…

    Le soir, les habitants des quartiers populaires viennent grossir le nombre des émeutiers et la ville reste entre leurs mains jusqu'à l'arrivée de renforts militaires. L'état d'urgence est décrété le 28 février à 16 heures. Le rétablissement de l'« ordre » dure jusqu'au 2 mars. Il y eut officiellement 300 morts mais la découverte de charniers plus d'un an après fait multiplier ce chiffre au moins par dix. Les victimes ont été tuées à plus de 90 % par balle.

    Cette situation favorisa l’entrée dans la vie politique d’[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], alors lieutenant-colonel dans l’armée vénézuélienne. Effrayé par la détérioration de la situation sociale et l’augmentation de la corruption dans l’administration, il tente un coup d’État le 4 février 1992. C’est un coup d’épée dans l’eau puisque la tentative échoue. Il est emprisonné pendant deux ans avant d’être libéré deux ans après à la faveur d’une grâce présidentielle. La graine avait cependant germé entre-temps. Candidat aux élections de 1998 qu’il remporta aisément, il n’a pas quitté le pouvoir depuis, en dépit d’une tentative de destitution forcée en 2002 fomentée par la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], réputée être proche du parti politique de l’ancien président Carlos Andrés Perez, et par la puissante fédération patronale [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

    Le 27 février, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ont participé à une marche populaire en souvenir du « Caracazo », tandis que l’assemblée nationale a approuvé la création d’une commission qui sera chargée de déterminer les responsabilités des crimes commis durant ces jours sombres. Les coupables doivent aujourd’hui payer.

    Capitaine Martin

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


























      La date/heure actuelle est Lun 11 Déc - 15:23