Du nouveau sur l'affaire Katyn ?

    Partagez
    avatar
    Joe
    Partisan
    Partisan

    Messages : 687
    Date d'inscription : 17/06/2011

    Du nouveau sur l'affaire Katyn ?

    Message par Joe le Jeu 30 Juin - 2:48

    Après que l'URSS eut envahi la Pologne en septembre 1939, de nombreux soldats Polonais furent capturés. Plusieurs milliers d'entre eux furent exécutés à Katyn au cours de la Seconde Guerre mondiale. Les Nazis "découvrirent" les corps en 1943 et s'en servirent contre l'URSS. L'affaire avait longtemps fait débat car l'URSS avait toujours rejeté la faute sur le dos des Allemands, mais au début des années 1990, Eltsine diffusa des documents longtemps gardés secrets, dont une lettre de Beria à Staline proposant l'exécution des officiers polonais. Depuis l'on pensait acquis le fait que les Soviétiques, et Staline lui-même, avaient ordonné l'exécution à Katyn des officiers Polonais capturés.

    Ci-dessous, le document évoqué plus haut, daté du 5 mars 1940 et annoté par Staline, que vous trouverez aussi sur Wikipédia.

    Spoiler:
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Mais le 24 novembre 2010, un parlementaire du Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF), Victor Ilyiukhin, diffusa quatre pages de ce qu'il appelait "un brouillon préliminaire de la falsification de la lettre de Beria". Sur ces pages, on peut lire plusieurs anotations comme : "Ils écrivaient à l'époque RSS Ukrainienne, RSS Biélorusse", ou encore "Au NKVD ils n'écrivaient pas k.r." pour contre-révolutionnaires. Si ce document est véritable (et il semblerait bien), c'est toute l'affaire Katyn, fer de lance anticommuniste, qui s'effondrera.

    Voir les quatre pages :
    Spoiler:
    [[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    J'essaierai de revenir dessus et sur ce qu'en dit un historien américain.


    _________☭_________
    Les peuples ne jugent pas comme les cours judiciaires ; ils ne rendent point de sentences, ils lancent la foudre - Robespierre

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    pottier
    Pionnier
    Pionnier

    Messages : 135
    Date d'inscription : 28/06/2011

    Re: Du nouveau sur l'affaire Katyn ?

    Message par pottier le Jeu 30 Juin - 12:09

    J'avais trouvé ça à ce sujet :
    Spoiler:
    L'industrie de la falsification des documents d'archive

    HISTOIRE DE FALSIFICATEURS

    Article publié dans le journal russe Rabotché-krestyyanskiï Serp i molot,

    N° 10 (207), octobre 2010

    Il y a un mois, un inconnu s'est adressé à Viktor Ivanovitch Ilyoukhine, vice-président du Comité de la Douma pour les questions de sécurité. Cet inconnu a déclaré qu'au début des années quatre-vingt-dix, il a participé à la falsification de documents d'archive concernant la fusillade de Katyn. Comme on le voit, ce qui est devenu le facteur décisif dans la reconnaissance de la culpabilité de l'U.R.S.S. dans la fusillade des officiers polonais, c'est la découverte dans les archives de documents du NKVD, du KGB et du Bureau politique dans lesquels le commissaire du peuple à l'Intérieur Lavrenti Beria proposait, et le Bureau politique sanctionnait, l'extermination des 11 000 Polonais. Au dire de l'interlocuteur d'Ilyoukhine, l'ordre et les textes « descendaient » du Kremlin, tandis que les équipes d'exécutants des faux, qui se composaient de représentants des services spéciaux et de collaborateurs du Secrétariat du président Eltsine, ont assuré le côté technique.

    Les ordres ont été apportés accompagnés d'une référence à Roudolf Pikhoya, dirigeant du Service des archives de l'État, à Mikhail Poltoranine, chef de la Commission interdépartementale pour la déclassification des documents du P.C.U.S. et ministre de la Presse de la F.R., et à Guéorgui Rogozine, premier chef adjoint du Service de sécurité du président de la F.R. Dans les années 1991 à 1996, l'équipe de falsificateurs était basée dans la cité Nagorny, près de Moscou, où se trouvaient des datchas (maisons de campagne; - N.d.T.) du C.C. du P.C.U.S., mais elle est ensuite passée en un certain autre lieu où, peut-être, elle travaille jusqu'à présent. À l'appui de ces dires, il a produit des papiers à en-tête vierges de documents du NKVD et du C.C. du P.C.(b.)tUS, des cachets, tampons et timbres et, ce qui est plus important, un classeur des archives avec des documents du fonds spécial.

    - Viktor Ivanovitch, pourquoi cet homme s'est-il adressé à vous plus spécialement?

    - Nous nous connaissions déjà par mon travail au Parquet lorsque je m'occupais de la sûreté d'État.

    - Vous étiez-vous déjà rencontrés?

    - Oui, régulièrement. Il se rappelle les nouveaux détails de son travail dans l'équipe de falsificateurs. Et moi, j'ai pris l'habitude de lui téléphoner chaque matin pour m'assurer que tout allait bien chez lui.

    - Quelqu'un parmi les personnalités officielles a-t-il réagi à votre intervention ?

    - Pour le moment personne, si ce n'est l'actuel directeur des Archives de l'État de la F.R. Serguei Mironenko qui a déclaré que tout cela sort de l'imagination maladive d'Ilyoukhine, tandis que les documents trouvés n'ont aucun rapport avec les archives. Je lui ai proposé que s'il ne trouvait pas un seul document dans ce classeur qui soit digne d'être conservé dans les archives, alors je suis prêt à me démettre immédiatement de tous mes pouvoirs de député. Dans le cas contraire, que ce soit lui qui dise adieu à son travail.

    - Pour l'heure, on publie une grande quantité de falsifications grossières ayant des numéros d'archive. La référence d'archive est à ce point compromise que, pour des questions spécialement politisées, elle n'a souvent pas de valeur aux yeux des chercheurs sérieux…

    - La question de la conservation des documents dans nos archives est aujourd'hui l'une des plus épineuses. Par exemple, nous trouvons de plus en plus de confirmations du fait qu'en son temps, Dimitri Volkogonov, sous-chef de la Direction politique principale du ministère de la Défense de l'U.R.S.S., a emporté, à la bibliothèque du parlement des États-Unis d’Amérique, des documents marqués « Secret » ou « Rigoureusement secret ». Aujourd'hui, ces documents sont plus accessibles aux États-Unis d’Amérique qu'en Russie. Chez nous, ils ne sont même pas déclassifiés, tandis que certains ne s'y trouvent même plus du tout. Il existe une information selon laquelle Volkogonov a également participé à la réalisation du tome que j'ai en mains. En son temps, il a également demandé des documents aux archives militaires, mais ayant essuyé un refus, il est parvenu à faire révoquer l'un des dirigeants des archives, après quoi on lui a fait plusieurs copies. Le lien de ces documents avec le classeur qui m'a été remis apparaît clairement.

    - Pikhoya, Poltoranine et Rogozine ont-ils réagi à votre intervention ?

    - Rogozine et Poltoranine se taisent. Pikhoya est intervenu dans le dernier numéro d'« Ogonyok » pour déclarer que tout allait bien dans les archives et que tout cela, c'est la faute des communistes qui veulent prendre leur revanche pour leur défaite. Mais parlons exclusivement de l'interprétation objective de notre histoire.

    - Avez-vous l'intention de demander l'ouverture d'une procédure contre les auteurs de ces faux ?

    - Le problème est que, malheureusement, il n'est pas prévu dans notre Code pénal de responsabilité encourue pour la contrefaçon de documents historiques. Pour la contrefaçon de documents d'identité ou pour la fabrication de faux documents financiers, tant que vous voudrez, mais pas un seul article ne s'applique à la confection de faux documents d'archive. Mais à présent, ce n'est pas le principal. Il n'est même pas si important de savoir comment et par qui ont été confectionnés les faux. L'important est qu'aujourd'hui ces faux sont officiellement introduits dans le circuit scientifique. Que des travaux scientifiques sont rédigés sur leur base, que des œuvres d'art sont créées, que des gens avalent cette information et que, par suite, ils se font une représentation parfaitement erronée de l'histoire de notre pays. L'histoire de la Russie est écrite par des falsificateurs: voilà ce qui est le plus terrible !

    - Votre intervention aura-t-elle quelques conséquences ?

    - À présent, ils ne parviendront plus à passer l'information sous silence. En haut lieu, ils se demandent à présent quoi faire: jusqu'à ouvrir une procédure; seulement, ils n'ont pas encore décidé si ce serait contre moi ou pour fait de soustraction de documents secrets des archives. Il existe une information suivant laquelle la tâche se pose de remettre coûte que coûte le tome aux mains de qui de droit en me le dérobant. Je pense que le président accepterait malgré tout de superviser cette affaire avec notre participation, mais je n'exclus pas non plus une quelconque provocation. Des informations ont récemment fait leur apparition suivant lesquelles les archivistes militaires ont refusé de rédiger une attestation à l'emporte-pièce contre moi. Aujourd'hui, Valentin Foline (directeur du Service international du C.C. du P.C.U.S. qui, en 1989, conformément à la version officielle, a informé Mikhail Gorbatchev de l'existence de documents sur Katyn dans les archives ; - Note de Y. P.) a, prétendument, été chargé de la mission d'apporter un démenti en se référant à on ne sait quels documents. J'attends.

    - Avez-vous déjà commencé à étudier les documents qui vous ont été transmis ?

    - Le voilà devant moi ce classeur: fonds spécial, affaire n° 29, tome 7, 202 feuilles, correspondance du NKGB-NKVD de l'U.R.S.S. avec le C.C. du P.C. (b.)tUS, à ne plus déclassifier, à conserver éternellement. Il ne contient pas de documents sur Katyn; en revanche, il s'y trouve quelques autres papiers suspects et manifestement faux. Une vérification sérieuse prendra plus d'un mois. Je pense que la majorité des documents sont authentiques parce qu'il n'y avait aucune nécessité de falsifier des rapports de nos gardes-frontières sur la concentration des troupes allemandes, ou des documents ayant trait à une mauvaise préparation de la mobilisation en Biélorussie. Mais il y a d·'autres thèmes. Voici, par exemple, deux notes, de l 'État-Major général de l'Armée rouge signées de Timochenko, Joukov et Vassilevski qui en sont les auteurs.

    - La première est un rapport ordinaire sur la concentration des troupes allemandes à notre frontière. À quoi bon la falsifier ?

    - Elle établirait que les militaires ont décidé d'élever le prestige de l'Armée rouge et de l'État-Major général en rejetant les fautes sur Staline pour la défaite du début de la guerre, voyez vous-mêmes, disent-ils, nous avons fait notre rapport et avons même élaboré des plans, mais Staline est resté inactif, n'a rien entrepris. Quant à la seconde note, c'est carrément une provocation. Il y est question de ce qu'en avril 1941 déjà il fallait décréter la mobilisation générale et amener les effectifs de l'armée à 8 ou 10 millions d'hommes.

    - Mais c'eût été en fait déclarer la guerre à l'Allemagne!

    - C'est exactement cela ! De facto déclarer la guerre à l'Allemagne, s'emparer de la Pologne, de la Tchécoslovaquie, des États balkaniques, faire connaître les nouvelles frontières de l'Europe et, si Hitler n'était pas d'accord, lui donner le coup de grâce*. Le but de cette provocation était très probablement de démontrer que l'U.R.S.S. construisait effectivement des plans agressifs à l'encontre d’Hitler, tandis que celui-ci ne faisait rien d'autre que de porter un coup préventif.

    - Mais le classeur lui-même est-il authentique ?

    - Oui, mais il renferme plusieurs faux documents. Je ne peux pas pour le moment dire avec une complète certitude lesquels de ces documents sont authentiques et lesquels sont des faux, non plus que me prononcer sur les circonstances du retrait, de ces documents des archives. Nous vérifierons tout.

    Entretien de Yéléna Proudnikova avec Viktor Ilyoukhine

    « Versiya na Névé », n° 132, 2010 (Avec des coupures).

    *Tout en faisant apparaître au monde entier l'Union soviétique comme un Etat agresseur en lui faisant perdre du même coup l'énorme avantage politique aux yeux du monde d'État agressé. (J. L.

      La date/heure actuelle est Mar 12 Déc - 10:13