Monti piteux, Merkel triomphante, ou le nouveau Drang nach Osten *

    Partagez
    avatar
    Resistance
    Nouveau
    Nouveau

    Messages : 49
    Date d'inscription : 03/07/2012
    Localisation : Lille

    Monti piteux, Merkel triomphante, ou le nouveau Drang nach Osten *

    Message par Resistance le Dim 24 Mar - 18:29

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


    « Au Parlement européen, le président, Martin Schulz, a demandé d'écouter le message de protestation envoyé par les électeurs italiens contre la politique d'assainissement budgétaire imposée par Bruxelles », remarque Anne Bauer à la fin de son [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], juste après la déculottée de Mario Monti aux élections en Italie.

    C’est-à-dire ? « Non pas qu'il faille abandonner la rigueur, précise l’article (ouf ! On a eu peur !), mais au moins la compléter par plus de solidarité », et aller vers un « vrai budget de la zone euro ». Et de graver l’épitaphe politique de l’ex-président du Conseil italien : « Mario Monti lui-même n'a cessé de dénoncer la « créditocratie », qui divise l'Europe entre bons et mauvais emprunteurs, et de réclamer cette solidarité ». En clair : les pays riches devraient aider davantage les pays pauvres à gaver les banques au lieu de les laisser se faire essorer.

    La déroute électorale de « Super Mario », le technocrate de Goldman Sachs, est en effet une catastrophe pour ceux qui croient à une intégration européenne harmonieuse, car « l'arrivée de Mario Monti, ancien commissaire européen, respectueux des institutions communautaires et défenseur de la construction européenne, a fortement contribué aux progrès réalisés depuis juin dernier dans la construction de l'Union économique et monétaire » ? rappelle Anne Bauer en essuyant une larme.

    Et de terminer son papier sur une note pathétique : « le budget européen a oublié la relance et l'intégration économique, se heurtant au refus des pays du Nord, Allemagne en tête, d'aller vers un vrai budget de la zone euro ». Tout semble en effet se passer comme si les capitalistes allemands avaient décidé de sacrifier les pays du sud : malheur à ceux que l’euromark plombe ! Que les vautours de la finance les dépècent ! La machine industrielle allemande poursuit sa route ! Merkel est aussi populaire que Monti est discrédité, et le « modèle allemand » brille au firmament des analystes économiques.

    Pourtant, dans ces conditions, les exportations allemandes vers l’Europe du sud chuteront inévitablement. Les décideurs d’outre-Rhin ont donc forcément d’autres marchés en tête… Si l’eurozone continue de s’élargir à l’est, les nouveaux entrants pourront acheter plus facilement les produits « made in Germany », car ils auront remplacé leur devise faible par l’euro fort. Cela suppose aussi que les usines qui, dans ces mêmes pays, produisent actuellement des pièces bon marché (car vendues dans une monnaie faible) pour alimenter les chaînes d’assemblage en Allemagne, soient à leur tour délocalisées plus à l’est.

    Après quelques années, les économies des nouveaux entrants dans la zone seront aussi à genoux, mais on peut faire confiance aux capitalistes allemands pour avoir préparé leur redéploiement vers de nouveaux marchés entre-temps, etc. Et à force d’aller vers l’est, on tombe forcément sur la Russie, un jour ou l’autre…

    Vincent Flament

    * Drang nach Osten : « ruée vers l’est » (mouvement pluriséculaire d’expansion germanique, puis allemande vers l’Europe centrale et orientale)

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

      La date/heure actuelle est Lun 11 Déc - 15:24