La crise en Grèce

    Partagez
    avatar
    Joe
    Partisan
    Partisan

    Messages : 687
    Date d'inscription : 17/06/2011

    La crise en Grèce

    Message par Joe le Jeu 20 Oct - 20:45

    Une très belle image du service d'ordre du PAME empêchant aujourd'hui les black blocks (anarchistes et autonomes) de venir foutre le bordel dans les manifestations. En réponse, les membres du black block jettent des cocktails molotovs sur le service d'ordre et la foule.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


    _________☭_________
    Les peuples ne jugent pas comme les cours judiciaires ; ils ne rendent point de sentences, ils lancent la foudre - Robespierre

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    Thomas Sankara
    Nouveau
    Nouveau

    Messages : 13
    Date d'inscription : 08/05/2012

    Re: La crise en Grèce

    Message par Thomas Sankara le Mer 9 Mai - 19:12

    Les anarchistes ne font pas le poid face aux communistes grecs. Etant aller en grecce et en ayant discuté, je peux carrément te dire que la population se détourne de l'anarchisme, ce dernier n'a plus beaucoup d'importance. Les affrontements ont fait un mort et malheureusement communiste. Les grecs semblent plus intéréssé par la gauche radicale, un mouvement, syriza à fait un score de 16.5 % . Je ne sais pas si c'est une coalition fiable mais il le semblerait.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    camarade, j'entend souvent dire que syrisa est un mouvement calqué sur celui du front de gauche. Ce n'est pas tout à fait exact, syrisa a bel et bien adapté la mème tactique que le fdg mais elle d'avantage de parti trokyste que le front de gauche. Cette coalition à été formé de plusieurs sicsions du parti communiste grec traditionel et est composé en extreme majorité de parti communiste autre que le kke.

    Il y'a aussi quelque chose qui me gène, on parle du kke comme si les communistes grec étaient tous du kke mais non, ce n'est pas vrai, akoa, synaspimos, la gauche ouvrière internationaliste, le keda, le koe sont des partis communistes, qu'ils soient trokiste, maoiste ou autre. Je dirais que syriza est une coalition communiste à minorité socialiste anti-capitaliste. C'est ca la différence avec le front de gauche: le parti de gauche n'est pas communiste et il tient une position aussi importante que le pcf deplus tsipras est membre du synaspimos, parti communiste né du kke., il est moins orthodoxe que le kke mais n' a pas pour autant renoncé au communisme. Le kke a fait un score de 8.5, ce qui est pas contenu de la propagande anti-communiste.
    avatar
    Joe
    Partisan
    Partisan

    Messages : 687
    Date d'inscription : 17/06/2011

    Re: La crise en Grèce

    Message par Joe le Mer 9 Mai - 19:54

    Je ne considère pas du tout Syriza comme une coalition communiste. C'est plutôt une bande de renégats qui s'est compromise à plusieurs reprises avec le Pasok. De même synaspismos n'a pas grand chose à voir avec le communisme à mon avis. Se référer au communisme, c'est vouloir une révolution, penser d'autres méthodes que les réformes. Je ne crois pas que synaspismos sorte du cadre réformiste.


    _________☭_________
    Les peuples ne jugent pas comme les cours judiciaires ; ils ne rendent point de sentences, ils lancent la foudre - Robespierre

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    pottier
    Pionnier
    Pionnier

    Messages : 135
    Date d'inscription : 28/06/2011

    Re: La crise en Grèce

    Message par pottier le Jeu 10 Mai - 10:35

    Mais est-il possible de faire l'union de la gauche radicale sans se compromettre ?
    avatar
    Joe
    Partisan
    Partisan

    Messages : 687
    Date d'inscription : 17/06/2011

    Re: La crise en Grèce

    Message par Joe le Jeu 10 Mai - 20:21

    Oui, si cela se fait sur un programme clair. C'est la différence entre le compromis et la compromission. Le KKE reproche à Synaspismos de ne vouloir fonder un gouvernement que sur l'opposition au mémorandum. Cela signifierait que ce gouvernement ne saurait s'opposer à de nouvelles privatisations, et n'aurait pas l'intention de renationaliser. Ils leur reprochent aussi leur position sur l'OTAN et sur l'UE. On peut supposer qu'un tel gouvernement n'aurait pas tenu longtemps. Le KKE a toutefois une ligne qui semble un peu sectaire, je ne crois pas qu'ils aient été très ouverts à la discussion. Et puis le fait que Syriza progresse autant et pas eux devrait les mener à un minimum d'autocritique.


    _________☭_________
    Les peuples ne jugent pas comme les cours judiciaires ; ils ne rendent point de sentences, ils lancent la foudre - Robespierre

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    pottier
    Pionnier
    Pionnier

    Messages : 135
    Date d'inscription : 28/06/2011

    Re: La crise en Grèce

    Message par pottier le Ven 11 Mai - 10:57

    J'ai également des craintes pour l'avenir du KKE.

    Les circonstances ayant changé le KKE pourrait essayer de « faire bouger les lignes » et ne pas remettre cet aggiornamento aux calendes grecques…

    Rien que de voir la tête de Daniel Cohn-Bendit en ce moment ça me motiverait ![Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    avatar
    erve
    Nouveau
    Nouveau

    Messages : 95
    Date d'inscription : 19/07/2011

    Re: La crise en Grèce

    Message par erve le Dim 13 Mai - 13:33

    Mes réflexions :

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Sur Syriza, il y a eu plusieurs bons articles dans Solidaire, dont ce passage :

    "À gauche du Pasok, crédité de 10 à 11 % des voix également, on retrouve Syriza, la Gauche radicale. Cette coalition a proposé une alliance de gauche « anti-mémorandum » et attaque le KKE pour avoir refusé cette alliance. À première vue, le discours radical, anti-libéral, antiraciste de son président Tsipras, ressemble à celui des communistes.
    Mais les différences sont pourtant de taille. Syriza veut renégocier la dette de la Grèce dans le cadre de l’Union européenne. Il a voté en faveur du traité de Maestricht, qui a contribué à la liquidation des droits des travailleurs à l’échelle européenne. Il a voté pour la politique agricole commune (PAC) de l’Union européenne, qui a plongé des milliers d’agriculteurs et de pêcheurs dans la misère. Il s’est également prononcé en faveur d’une privatisation partielle des compagnies grecque d’électricité et de téléphone.
    Quant à la proposition d’alliance de gauche, il faut se rappeler ce qui s’est passé sur l’île d’Ikaria, en mer Egée. Surnommée l’île rouge, Ikaria avait des maires communistes depuis des décennies. Aux élections communales de 2000, Syriza s’est alliée avec le Pasok, la Nouvelle Démocratie et l’extrême droite du LAOS pour renverser le KKE.
    Yannis, sidérurgiste à l’usine d’Aspropyrgos, en grève depuis bientôt 6 mois, rappelle un autre élément : « À Volos, dans l’autre usine sidérurgique du groupe, Syriza, par l’intermédiaire de son représentant syndical, a voté contre la grève et pour le plan d’austérité du patron. »
    Les sidérurgistes et les ouvriers des Chantiers navals savent aussi que la dette est un prétexte pour le patronat grec, les armateurs en tête, pour liquider l’emploi et les conventions collectives.
    "
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Pour la tactique, je pense que comme pour le front de gauche français, il faut clairement s'approprier le score de la "gauche radicale" dans son ensemble, soit les 3 partis (KKE, SYRIZA, DIMAR -scission de synaspismos) qui totalisent 31,33% (sans compter les ptits scores de ptits partis gaucho).

    D'autre part, il faut appuyer le score du KKE : ils progressent d'1% mais prennent 5 nouveaux sièges de députés (26).

    Quant aux néonazis, au coeur de l'attention médiatique, il ne faut pas surestimer l'autre montée : en soi, ils ont tous pompé de l'autre parti d'EXD (LAOS) et ont su capter une partie de déçus (de ND). En tout, ils gagnent 4%. LAOS = 5.63% en 2009 (2,88% aujourd'hui) ; nazis = 6,97 % aujourd'hui. Donc, EXD en 2012 = un peu moins de 10% contre 6% en 2009.
    Parcontre, ils obtiennent un groupe de députés plus conséquent que celui du LAOS (16 contre 21 XA aujourd'hui). Sans parler du 4e parti, devant le KKE, qui est une scission de ND (suite au fameux vote sur l'austérité), que je prenais pour centristes mais qui semblent plus à droite que ND.

    Quant au fond, je pense que :
    - c'est une grande victoire pour tout le camp menchevik en Europe. Ils ont réussi à larguer le KKE qui les avait toujours dominés et à rafler tout le capital électoral des socialistes (-30%), alors que le parti "gauche démocratique" était pressenti pour tenir ce rôle-là. Le KKE a échoué à cela (surtout qu'il appelait à un "pas de géant" pour cette élection). De manière générale et du point de vue européen, avec la victoire du PS en France, défendu à fond par le FdG hier soir, le camp bolchevique est face à un gros défi.
    - en France et 1000 x plus en Grèce, énormément de gens se sont "gauchisés". On a mis l'accent et on continue à le mettre sur le nombre de gens qui sont "extrême-droitisé" mais il faut appuyer dans l'autre sens aussi. Comme Mélenchon l'avait dit : "à la fin, il n'y aura plus qu'eux et nous". Mais comme on l'a dit, c'est dans les cordes de partis tampons, entre le PS et nous, de partis mench' que s'est canalisé les échos de cette radicalisation. Ca risque très fort que cette tendance se déroule de la même manière partout en europe (comme en Belgique). Le prochain défi est que la tendance de "gauchisation" se poursuit pour arriver à ce qu'elle touche le camp bolchévique : pour revenir en Grèce, énormément de gens vont être déçus par Syriza (ils reposent sur une bulle électorale) et la plupart reviendront vers Pasok. Ce qu'il faut, c'est qu'une partie importante refuse ce choix et poursuit vers le KKE. Et là, je pense que la victoire de Syriza profite au KKE à moyen terme (pour la prochaine élection -sans parler des luttes bien sûr). Donc, pas de tristesse, je vois plein de perspectives pour eux (même si c'est pas la réflexion la plus matérialiste). ;-)

    Une dernière chose, tout juste actuelle : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Je pense que c'est une bonne chose qu'il n'y ait pas de nouvelles élections parce que Syriza aurait encore plus pris (et les sondages montrent que le KKE aurait perdu ce qu'il avait gagné sueur ), mais c'est un problème que Syriza ne fasse pas partie de ce gouvernement (de manière à ce qu'il se confonde avec les autres partis bourgeois).
    A voir pour la suite, c'est clair que le KKE, modèle de PC ML pour tous les communistes en Europe, doit pouvoir réagir rapidement à cette situation inédite où les opportunistes de Syriza remportent une telle victoire !
    Bon article face aux critiques : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    avatar
    erve
    Nouveau
    Nouveau

    Messages : 95
    Date d'inscription : 19/07/2011

    Re: La crise en Grèce

    Message par erve le Dim 13 Mai - 13:40

    et voilà justement que tombe un excellent article de Solidarité internationale - PCF : bravo
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    avatar
    Joe
    Partisan
    Partisan

    Messages : 687
    Date d'inscription : 17/06/2011

    Re: La crise en Grèce

    Message par Joe le Dim 13 Mai - 16:07

    Très intéressant. Je crois que j'ai eu raison de m'en méfier. Jusque là j'ai expliqué aux camarades que "Syriza" était très différente du Front de gauche, ce dernier se basant sur un véritable programme politique. Là c'est du flan social-démocrate.


    _________☭_________
    Les peuples ne jugent pas comme les cours judiciaires ; ils ne rendent point de sentences, ils lancent la foudre - Robespierre

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Contenu sponsorisé

    Re: La crise en Grèce

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 11 Déc - 15:21